Préparer la transmission de son patrimoine via l’assurance vie

L’assurance vie se présente comme un placement intéressant. Son plus grand atout, c’est qu’elle permet au souscripteur d’accéder à une vie beaucoup plus confortable pendant la retraite. Mais il faut aussi mentionner que c’est un instrument de transmission de patrimoine avantageux. Découvrez le fonctionnement de ce genre de contrat.

Quelques informations sur le contrat d’assurance vie

L’assurance-vie est un produit disponible auprès des compagnies d’assurance. Via ce contrat, un assureur s’engage à verser des primes ou cotisations afin de constituer un capital qui sera attribué entièrement au signataire ou à un autre bénéficiaire qu’il a désigné, à un moment donné. Les conditions liées au versement du capital varient en fonction du type de contrat signé.

Les différents types d’assurance-vie

Il existe différents types d’assurance-vie. A l’assuré de faire le choix en fonction de son objectif. Il peut, entre autres, opter pour la formule « en cas de vie ». Dans ce cas, il pourra percevoir une rente ou un capital lorsque le contrat arrive à son terme. En misant pour une assurance vie « en cas de décès », l’assuré peut en revanche transmettre à un ou plusieurs bénéficiaires de son choix un patrimoine financier. Pour que ces derniers puissent faire valoir leur droit après le décès de l’assuré, leurs noms doivent figurer dans le contrat. Mais il est aussi possible de désigner les bénéficiaires du capital décès via un testament olographe ou authentique ou via une simple lettre à remettre à l’assureur.

Des avantages fiscaux garantis

Si l’assurance-vie est considérée comme un dispositif de transmission de patrimoine assez intéressant, c’est parce que les conditions de paiement du capital décès sont assez souples. Tout d’abord, le souscripteur a le privilège de désigner le bénéficiaire de son choix. Ainsi, il est en mesure de privilégier des personnes qui ne font pas partie de sa famille. En outre, les bénéficiaires sont à même de rendre la désignation irrévocable en donnant leur accord dans le délai imparti. Mais le plus important encore, c’est que le capital décès d’une assurance-vie n’est pas imposable.

Les conditions à respecter par l’assureur

Pour souscrire une assurance-vie, il faut avoir la capacité juridique requise. En outre, il est nécessaire de respecter les conditions imposées par la compagnie d’assurance, notamment celles liées à l’âge. Notons que l’assuré a le droit de se rétracter dans un délai de 30 jours suivant la signature du contrat. En outre, il peut demander une résiliation ou un rachat du contrat. Il a également le droit de changer les noms des individus désignés comme bénéficiaires dans le cas où ceux-ci n’ont pas encore réalisé les démarches d’acceptation.